Qui sommes-nous?

Le carnet de recherche Tantale a pour but de publier les activités du laboratoire junior Tantale (Transgression dans l’ANTiquité: Approche des Limites et des Ecarts) qui commencera en janvier 2019.

Ce laboratoire junior réunit des jeunes chercheurs (master – doctorat) de l’ENS de Lyon mais aussi des universités Lyon 2, Lyon 3, Paris et Besançon, et est financé majoritairement par l’ENS de Lyon pour 2 ans.

Il s’inscrit dans une approche pluridisciplinaire mais avec une cohérence forte autour d’une logique temporelle et historique : nos travaux vont se centrer sur l’Antiquité – période qui réunit l’intégralité des membres – et sur la notion de transgression. Les membres du laboratoire, historiens, philosophes, latinistes, hellénistes, comparatistes modernes travaillent tous sur l’antiquité ou sa réception.

Cependant, nos approches sont toutes différentes les unes des autres, et nous permettent d’envisager des facettes très diverses de la transgression, en se centrant soit sur des figures qui l’incarnent dans un contexte littéraire et/ou historique soit sur la dialectique norme/transgression. L’insistance des historiens sur la nécessité de croiser les sources et d’utiliser de manière critique et réflexive des concepts issus des sciences sociales en les ajustant au champ de l’histoire ancienne, la compréhension fine et nuancée des textes par les latinistes, hellénistes et linguistes, ainsi que la pensée réflexive des philosophes peuvent nous permettre d’apporter un regard renouvelé sur cette notion.

Les Membres

Pierre Balmond : doctorant en deuxième année à l’Université Paris-Est Créteil et rattaché au laboratoire LIS (Lettres, Idées, Savoirs), ED 529. Il fait une thèse sur l’archéologie du pathos rhétorique aristotélicien afin de cerner l’amont de la notion avant sa thématisation chez le philosophe. La question de la transgression est fondamentale dans la théorie rhétorique grecque, domaine qui se constitue en s’opposant à la parole philosophique. Dans la pratique, les cadres formels que la rhétorique fournit à la parole oratoire imposent des normes non seulement linguistiques mais aussi politiques et sociales qui semblent a priori difficiles à rompre : la rhétorique produit une parole transgressive en tant que domaine théorique tout en cherchant à normaliser son activité. La transgression, dans le domaine rhétorique, semble donc pouvoir jouer à trois niveaux : « générique », politique et formel, les trois étant intimement liés dans la pensée grecque où (presque) tout se joue dans l’exercice de la parole publique.

Pierre Belenfant : doctorant en troisième année à l’ENS de Lyon, HiSoMA, ED 3LA. Il travaille sur le nom propre dans les Hymnes de Callimaque. La transgression caractérise dans une certaine mesure cette œuvre, où les limites entre les genres littéraires sont systématiquement brouillées, et où l’allusion constante aux poètes du passé cohabite avec une certaine irrévérence envers la tradition. La transgression est aussi le thème central des deux derniers poèmes du recueil : « l’Hymne à Pallas » et « l’Hymne à Déméter », qui abordent les sujets du sacrilège et du châtiment divin de façon originale.

Halima Benchikh-Lehocine : doctorante en deuxième année à l’ENS de Lyon et rattachée au laboratoire HISoMA (Histoire et Sources des Mondes Antiques, UMR 5189, ED 3LA), elle se concentre dans le cadre de sa thèse, sur une figure particulière que semble construire une série de mythes ayant en commun de mettre en scène un ou plusieurs personnages s’opposant d’une manière ou d’une autre à une divinité et étant puni pour cela : celle du θεόμαχος (« theomachos »). Outre le fait évident que ce travail traite en son cœur d’un type de personnage incarnant la transgression – religieuse principalement mais aussi dans certains cas politique – , l’étude de poèmes d’un auteur qui a érigé la diversité en principe esthétique interroge nécessairement les normes génériques que les œuvres nonniennes brouillent allègrement.                                                                                                       

Julien Berguer : doctorant en première année (ED 3LA – 484) à l’université Lumière – Lyon 2, rattaché au laboratoire HiSoMA. Après deux années en master recherche centrées sur les liens entre littératures, linguistique et historiographie antique (latine et grecque), il entame une thèse portant sur une édition et traduction en néo-latin des œuvres de Denys d’Halicarnasse par Friedrich Sylburg, philologue et érudit allemand de la fin du XVIe siècle. A travers ses recherches, il aborde notamment la question de la posture de l’auteur face aux canons stylistiques cicéroniens en usage à la Renaissance, dans le cadre d’une traduction de l’œuvre historique d’un auteur qui, auteur de rhétorique lui-même, a pu mettre en pratique ses propres préceptes dans son écriture de l’histoire. Transgression de la tradition néo-latine ? Transgression des préceptes de l’auteur qu’il traduit ? Transgression du texte même qu’il traduit, voire des langues qu’il pratique sans qu’elles soient les siennes ? Les auteurs renaissants ont sans conteste maille à partir avec l’Antiquité et les normes littéraires et linguistiques qu’ils se donnent !

Simon Cahanier : doctorant, 3e année, Université Jean Moulin Lyon 3, ED 3LA – 484, rattaché au laboratoire HiSoMA (UMR 5189). Il réalise une thèse sur la mémoire de la conquête de la péninsule ibérique dans la littérature romaine (latine et grecque) et questionne la façon dont la mémoire d’un fait historique complexe s’élabore, évolue et se transmet dans la mémoire collective de la société romaine, notamment dans sa dimension littéraire (historiographie). Dans le cadre d’une société de l’exemplum, où l’histoire, « maîtresse de vie » selon Cicéron, est avant tout le lieu d’expression et de questionnement des bonnes et des mauvaises pratiques, les auteurs romains font du récit historique un lieu de discussion de la norme et des comportements transgressifs, dont le but est « d’éduquer » le lecteur et lui donner un cadre d’interprétation du présent.

Marie Durnerin : doctorante en deuxième année à l’ENS de Lyon, rattachée au laboratoire HiSoMA, ED 483 ainsi qu’à l’EHESS et au laboratoire ANHIMA. Elle effectue un travail de thèse sur la circulation de l’information et la communication dans les œuvres de Xénophon. La problématique de la transgression l’intéresse dans la mesure où l’itinéraire même de Xénophon laisse entrevoir une figure marquée par de multiples transgressions. Tour à tour membre d’une troupe de mercenaires et riche propriétaire terrien, exilé puis réintégré dans sa cité à la fin de sa vie, fasciné par l’Orient du noble Cyrus et dans le même temps, fervent adepte du panhellénisme, Xénophon se laisse difficilement réduire à une pensée stéréotypée. Son prisme de recherche, à savoir la communication, la poussera à mettre en relation la transgression dans les systèmes d’information (transmettre des informations fausses sous serment par exemple) mais aussi dans des pratiques transgressives secrètes (conspirations ou autres formes de réunions secrètes).

Antoine Gaillemain : professeur de philosophie en classe terminale. En Master, il a consacré deux mémoires au philosophe autrichien Ludwig Wittgenstein. Dans sa seconde philosophie, ce dernier fait jouer un rôle fondamental à la notion de maîtrise d’une règle. Ainsi qu’en témoignent certains travaux du philosophe contemporain Vincent Descombes (voir par exemple Les Institutions du sens et Philosophie par gros temps), Wittgenstein a contribué à renouveler la pensée des normes en épistémologie des sciences humaines et en philosophie du droit, c’est-à-dire bien au-delà des branches de la philosophie dont il s’est préoccupé. Il s’intéresse particulièrement à la conception très originale de la transgression des normes logiques qu’on rencontre chez Wittgenstein.

Guillian Hernandez : étudiant en Master 2 (Mondes Anciens) à l’Université Jean Moulin Lyon 3. Son premier mémoire en histoire, qui est aussi un premier pas dans le monde de la recherche, aborde la figure du chef mort sur le champ de bataille d’après les historiens grecs, à l’époque classique. En dehors des analyses tactiques, ses travaux portent sur la place du chef au sein de ses troupes, que ce soit de son vivant ou dans le trépas. Dans ce cadre, diverses transgressions sont identifiables : celle de la désobéissance du soldat, brisant un plan établi, celle du traitement de la dépouille, comme sa mutilation et l’absence de sépulture, celle du sujet lui-même, lorsqu’il devient parjure en allant à l’encontre de lois sacrées, déclenchant une guerre qu’il ne parvient pas à remporter. Tout cela se mêle au sein de diverses traditions commémorant sa mémoire, qui resurgissent dans le récit de son décès : l’historien grec ne transgresse-t-il pas, parfois, ses propres règles ?

Giulia Icardi : doctorante en troisième année à l’Université Lyon 2, Laboratoire HiSoMa, ED 483. Après avoir obtenu son diplôme en Lettres Classiques à l’Université de Turin avec un mémoire sur la politique d’Athènes face à Sparte au début du IVe siècle avt. J.-C., elle rédige une thèse en histoire grecque sur les modalités du contrôle de la mer durant la première moitié du IVe siècle avt. J.-C. Son intérêt l’a amenée à étudier ce sujet du point de vue des puissances terrestres, notamment Sparte, Thèbes et la Thessalie. Elle travaille surtout sur les aspects politiques et militaires de la question. La thématique de la transgression l’intéresse à deux niveaux différents. En effet, le contrôle de la mer obtenu par des puissances terrestres est considéré comme une transgression de l’ordre normal des choses en Grèce et ce contrôle n’est pas exempt d’actions qui s’éloignent des lois, écrites ou non, qui gouvernent la politique et la guerre.

Juliette Meeus : en première année de thèse à l’ENS de Lyon, rattachée au laboratoire Hisoma (ED 3LA). Après un Mémoire de master 2 en Lettres Classiques (Mondes Anciens) sur le motif de la frugalité chez le poète Horace, elle entame  une thèse sur ce sujet, en élargissant son corpus à l’ensemble de l’œuvre du poète, sous la direction de Bénédicte Delignon. La question de la transgression l’intéresse sur plusieurs plans : la frugalité étant d’abord un régime, elle s’inscrit dans un ensemble de règles. Mais ces règles sont d’ordre à la fois sanitaire, social et aussi, en un certain sens, politique, puisque le Principat remet au goût du jour des pratiques romaines traditionnelles, parmi lesquelles la fameuse « frugalitas » des ancêtres paysans. Horace étant à la fois le pourfendeur du dogmatisme philosophique et un poète de la cour augustéenne, elle doit s’interroger sur l’origine et la légitimité de certaines normes romaines célébrées à cette époque, ce qui l’amène du même coup à considérer ce qui en est une transgression.

Claire Pérez : doctorante en deuxième année à l’Université Lyon 3 – Jean Moulin, HiSoMA, ED  3LA. Dans le cadre de sa thèse « Portraits et discours dans les Histoires d’Alexandre le Grand de Quinte-Curce. Etude sur la représentation de la persona dans le récit des res gestae« , elle étudie une figure qui a joué un rôle capital dans la construction culturelle des civilisations grecque et romaine, celle d’Alexandre le Grand, qui peut être considérée comme une figure transgressive. L’hybridité de l’oeuvre, entre histoire et biographie, questionne l’idée de norme générique dans l’historiographie, tandis que son caractère rhétorique, inhérent à l’écriture de l’histoire à Rome, autorise des discours transgressifs, notamment dans le domaine politique.

Emilie Ruch : doctorante en troisième année à l’Université de Bourgogne Franche-Comté, rattachée au laboratoire ISTA, EA 4011. Elle effectue un travail de thèse sur la dramaturgie singulière développée par Euripide à la fin de son œuvre. La problématique de la transgression l’intéresse à plusieurs titres dans son travail sur la tragédie grecque. En effet, les dramaturges du Ve siècle av. J.-C. créent des œuvres à partir d’un corpus mythologique relativement restreint tout en rivalisant les uns avec les autres. Le cas d’Euripide est donc intéressant dans son rapport à la tradition mythologique, mais également vis-à-vis de ses prédécesseurs. Du fait de ce contexte agonistique particulier, l’innovation n’est plus seulement une transgression de la tradition, mais se révèle nécessaire au processus de création. Mais entre dévalorisation et revalorisation indirecte, que nous dit vraiment la transgression de l’œuvre transgressée ? Plus encore, la mise en œuvre de procédés dramaturgiques nouveaux par Euripide interroge la réception de la tragédie par ses contemporains : transgresser la norme, c’est remettre en cause les conventions théâtrales, mais revient surtout à déjouer les attentes des spectateurs pour produire un spectacle plus plaisant.

Madeleine Séguier : Doctorante en première année à Paris 4 (Sorbonne). Après un mémoire de master 2 sur la réception des tragiques grecs dans les monologues dramatiques de Yannis Ritsos, elle commence une thèse en littérature comparée sur les représentations de la grécité antique dans la littérature européenne de l’après-1945, sous la direction de Véronique Gély (ED 0019). Ce travail rejoindra sur certains points la thématique de ce laboratoire dans la mesure où il questionnera le caractère politiquement transgressif du recours à l’antique selon le contexte d’écriture des auteurs, ainsi que la part de transgression littéraire qui préside à la reconfiguration d’un univers et d’une littérature grecque antiques qui font autorité.

Martin Tilly : étudiant en Master 2 d’Histoire Ancienne à l’ENS de Lyon. Le mémoire de M1 qu’il a soutenu portait sur la Narbonnaise du IIIe au Ve siècle, et notamment sur son histoire militaire. Il s’intéresse en l’occurrence à l’histoire politique, institutionnelle et militaire de l’Empire romain et même si ses travaux portent davantage sur le Bas-Empire, il ne néglige pas les connaissances sur le Haut Empire. L’étude des révoltes, des prises de pouvoir, séditions, et autres usurpations d’Empereurs au cours du IIIe siècle mène en plein cœur de la transgression, ici il s’agit de transgresser la loi dans son aspect légal, régalien et religieux, ainsi transgresse-t-on pour ne se faire que mieux reconnaître comme tributaire du pouvoir impérial. En bafouant ses serments et en faisant de son ennemi un usurpateur on transgresse et on va contre un ordre établi, et contre une personne intouchable. L’usurpateur, instrumentalise par la suite la transgression pour la rendre légitime, nécessaire et faire des autres prétendants ceux qui ont transgressé l’ordre établi. La transgression devient un outil politique. Il a aussi pu étudier les serments de fidélité qui jouent un rôle important et participent à l’étude de la transgression politique durant les crises du IIIe siècle.