Colloque International

Transgresser pour mieux régner.

Ombres et lumières du pouvoir dans l’Antiquité

Visioconférence, 27-28 novembre 2020

Illustration : Rubens, La chute de Phaeton, c. 1604-1605, National Galery of Art © public domain, via Wikipedia commons.

INFORMATIONS PRATIQUES :
27-28 novembre 2020
École Normale Supérieure de Lyon, en visioconférence
ORGANISATRICES :
Halima Benchikh-Lehocine (halima.benchikh-lehocine@ens-lyon.fr)
 Marie Durnerin (marie.durnerin@ens-lyon.fr)
CONTACT:
Laboratoire Junior TAntALE (colloquetantale@gmail.com)

Pour recevoir le lien et participer au colloque en visioconférence, merci de vous inscrire ici :

https://evento.renater.fr/survey/colloque-tantale-transgresser-pour- mieux-regner-ombres-et-lumieres-du-pouvoir-dans-lantiquite-cy7kc1h9

Programme

Continuer la lecture de Colloque International

DÉVIANCES ANTIQUES. LA CITÉ À L’ÉPREUVE DE LA TRANSGRESSION

Journée d’étude

« Déviances antiques : la cité à l’épreuve de la transgression » 

Magnasco, Scène de Bacchanales, 1710-1720. © hermitagemuseum.or

INFORMATIONS PRATIQUES :
Lundi 19 octobre 2020
École Normale Supérieure de Lyon. Site Buisson – Salle D8.004
19 allée de Fontenay, 69007 Lyon
ORGANISATEURS :
Claire Pérez (claire.perez@univ-lyon3.fr)
Pierre Balmond (pierre.balmond@u-pec.fr)
CONTACT:
Laboratoire Junior TAntALE (tantalens@gmail.com)

Dans le cadre des mesures sanitaires dues à l’épidémie de Covid-19, la distanciation sociale sera assurée dans l’espace accueillant la manifestation, et le port du masque est obligatoire.

PROGRAMME:

Continuer la lecture de DÉVIANCES ANTIQUES. LA CITÉ À L’ÉPREUVE DE LA TRANSGRESSION

Transgresser pour mieux régner : ombres et lumières du pouvoir dans l’Antiquité

Appel à communication pour le colloque organisé par le laboratoire junior Tantale

Date limite d’envoi des propositions : 13 mars 2020

Call for paper PDF : French and English

Légende de l’image : F. Granacci et D. Ghirlandaio, Jules César franchit le Rubicon, Peinture sur bois, 1494, Londres, Victoria and Albert Museum, E.372-2006, exposé à Longleat House, Wiltshire.

Continuer la lecture de Transgresser pour mieux régner : ombres et lumières du pouvoir dans l’Antiquité

Programme de la Journée d’étude: « Rebelles, révoltés, innovateurs : figures antiques de la Transgression »

Vendredi 22 novembre 2019

9h /18h

Maison de l’Orient et de la Méditerranée

Salle Salomon Reinach

9h15 – Accueil des participants

9h30 – Simon CAHANIER (Univ. Jean Moulin Lyon 3)

Introduction

9h40 – Marie LEDENTU (Univ. Jean Moulin Lyon 3)

« Remo muros auso transire (Ov., Contre Ibis, 635). Rémus dans l’élégie augustéenne : Figure mythique de la transgression et transgressions poétiques »

10h20 – Mathias NICOLLEAU (Univ. Paris Nanterre)

« Les imposteurs chez Valère Maxime :métaphore du passage de la République au Principat »

11h15 – Bénédicte CHACHUAT (Univ. Toulouse Jean Jaurès)

« Quo tenditis ultra ? (Lucain, I, 190).Le César de Lucain ou quand le rebelle est vainqueur »

14h30 – Édith MAILLOT (Univ. Lumière Lyon 2)

« Rebelles, contestataires et révoltés dans lesMétamorphoses d’Ovide »

15h10 – Sarah GAUCHER (ENS de Lyon)

« Les satiristes latins : des figures de la transgression ? »

16h05 – Kévin BOUILLOT (EPHE – Univ. de Montréal)

« Lucien de Samosate contre Alexandre d’Abonotique : innovations, défense ou satire de la religion traditionnelle par deux figures transgressives ? »

17h – Étienne HELMER (Univ. de Porto Rico)

« Le philosophe en mendiant : figure politique de transgression ou de continuité?»

17h40 – Juliette GAILLEMAIN-MEEUS (ENS de Lyon)

Conclusions – Clôture de la journée d’étude

Organisateurs : Juliette GAILLEMAIN-MEEUS et Simon CAHANIER

Contact : tantalens@gmail.com

Actualités du laboratoire :

tantale.hypotheses.org

facebook.com/laboratoirejuniorTantale

Séance de séminaire, le 21 octobre 2019

Le laboratoire junior Tantale fait sa rentrée le lundi 21 octobre, de 15h à 17h avec une séance de séminaire :
« Rebelles, révoltés, innovateurs chez les premiers Chrétiens : exemples littéraires et historiques d’arts de vivre transgressifs »


Nous aurons l’occasion d’entendre trois intervenants :

– Lucie Desbrosses, qui nous parlera de « Revenir de l’error : transgressions religieuses et résipiscence dans la Gaule de Sidoine Apollinaire »,

– Florence Bret, qui nous parlera de « La Vie de Saint Hilaire d’Arles, une Vie de rebelle ? »,


– et Bernard Meunier, qui nous parlera de « Transgresser les frontières de l’humain ? »

Cette séance aura son cadre tout trouvé, puisque les Sources Chrétiennes nous font le plaisir de nous accueillir.

Journée d’étude « Définir la transgression : des sciences sociales aux sciences de l’Antiquité »

Lyon, 27 mai 2019  – École Normale Supérieure de Lyon

Journée d’étude organisée par le Laboratoire junior TAntALE

Désobéir, enfreindre la loi, violer un interdit, déroger à une tradition, défier une autorité, s’affranchir d’un code, s’écarter du droit chemin, passer une frontière, dépasser l’entendement…

Les nombreuses expressions lexicales décrivant une forme de transgression soulignent la multiplicité des sens et la portée à la fois concrète et métaphorique de cette notion. Aujourd’hui, la transgression est au cœur des recherches et des réflexions, par exemple en politique, dans les études de genre, dans le courant transhumaniste ou l’art contemporain.  Mais transgresser une norme signifie-t-il la même chose à toutes les époques ou dans toutes les sociétés ? Et plus précisément, l’approche contemporaine de la transgression est-elle appropriée à l’Antiquité et aux sociétés grecque et romaine ? 

C’est l’objet de cette journée d’étude qui vise à définir la transgression dans l’Antiquité grâce à la confrontation de ses champs d’application avec les travaux des sciences sociales et les théories de la déviance en sociologie.

Si la transgression dans l’Antiquité peut apparaître à la fois dans les sphères politique, législative, philosophique, morale, scientifique ou artistique, la comparaison de plusieurs pratiques durant cette journée de réflexion vise à saisir les éléments constitutifs de toute transgression. Quel est le sens particulier de ce concept par rapport à la multiplicité des pratiques « hors norme » comme la subversion, l’infraction ou l’écart ? La notion apporte-t-elle un éclairage singulier sur ces divers modes de transgression ? Peut-on la penser en-dehors d’un cadre politique ou culturel ? Que transgresse-t-on et qui décide de la norme ? Y a-t-il un espace plus propice qu’un autre à l’émergence de l’acte transgressif ? Dans quelles conditions et selon quelle temporalité l’acte se fait-il transgressif ou cesse-t-il de l’être ? Un geste est-il transgressif du fait de la figure qui l’accomplit ou est-ce le geste qui transforme son agent en figure de révolté ? Pour tenter de répondre à ces questionnements, la journée d’études réunit des sociologues et des spécialistes des mondes anciens de diverses disciplines afin d’interroger la nature, la logique temporelle et la grammaire de la transgression, aujourd’hui et dans l’Antiquité.

Programme

8h45-9h10      Accueil des participants et introduction de la journée d’étude

9h10-10h10    Conférence inaugurale

Cédric Passard(Sciences Po Lille) : « Franchir les limites du tolérable. Ce que transgresser veut dire »

10h10-10h50  Marlène Bouvet(ENS de Lyon) : « La transgression, un « fait social normal » à l’épreuve des mécanismes de domination : introduction aux théories sociologiques de la déviance »

10h50-11h10  Pause

11h10-11h50  Charles Guérin(Sorbonne Université, Paris 4) : « Usages des modèles, agression et shame culture: remarques sur les mécanismes oratoires d’imposition de la norme »

11h50-12h30  Catherine Psilakis(Université de Lyon I) : « Tous nomous parabainein: la rhétorique de la transgression chez les orateurs attiques »

12h30-14h      Pause déjeuner

14h-14h40      Arnaud Macé(Université de Franche-Comté, Besançon) : « Nature et société déterminent-elles des formes différentes de transgression en Grèce ancienne ? »

14h40-15h20  Stéphane Marchand(Université Panthéon Sorbonne, Paris 1) : « Approche sceptique de la norme et de la transgression »

15h20-16h      Pierre Ponchon(Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand) : « Portrait du tyran en loup-garou : les figures de la transgression aux livres VIII et IX de la Républiquede Platon »

16h-16h30      Clôture de la journée d’étude et temps de convivialité

Informations pratiques

Lieu : ENS de Lyon, 15 parvis René Descarte

Salle D8.001, site Buisson, Institut français de l’Éducation, 19 allée de Fontenay

Accès :Arrêt Debourg du métro B ou du tram T1

Contact :tantalens@gmail.com

Organisateurs :       

Emilie Ruch– TAntALE, Univ. de Franche-Comté, ISTA (EA 4011)

Guillian Hernandez– TAntALE, Univ. Jean Moulin Lyon III

Laboratoire junior TAntALE :

Blog :https://tantale.hypotheses.org/

Facebook : https://www.facebook.com/laboratoirejuniorTantale/

Appel à communication pour la séance de séminaire de Juillet

Le laboratoire junior TAntALE (Transgression dans l’Antiquité: Approche des Limites et des Ecarts), rattaché à l’ENS de Lyon, organise une nouvelle séance de son séminaire la première quinzaine de juin 2020 et souhaite ouvrir la possibilité à tous les membres d’HiSoMA et de la MOM de proposer une intervention. Vous pouvez participer à l’appel à communication en faisant parvenir vos proposition avant le 15 mars à l’adresse tantalens@gmail.com.

Nous souhaitons centrer cette séance sur le monde romain, en histoire ou en littérature. Nos séances sont en général animées par deux ou trois intervenants : vous pouvez donc nous proposer une intervention ou envoyer une intervention en binôme déjà constitué, pour aborder une problématique sous deux lumières et points de vue différents.


Vous trouverez ci-dessous et à titre indicatif le descriptif des séances de séminaire qui ont déjà eu lieu.

La première séance (6 avril 2019), avec une fonction introductive, a rassemblé des doctorants ou jeunes docteurs chargés d’un projet de recherches, tels des laboratoires juniors ou des séminaires, qui ont parlé de leur parcours pour définir les problématiques à lesquelles les jeunes chercheurs doivent faire face lors de leurs projets de recherche.
La deuxième séance (18 juin 2019) nous a permis de sortir du cadre de la seule Antiquité, ayant accueilli les présentations d’Halima Benchikh-Lehocine sur les figures féminines transgressives dans les Dionysiaques de Nonnos de Panopolis et de Maurizio Busca sur la réception du mythe de Méléagre dans le théâtre français des XVIe et XVIIe siècles.
La troisième séance (21 octobre 2019) était consacrée à la transgression dans les premiers siècles de la Chrétienté, avec les interventions de Lucie Desbrosses sur Sidoine Apollinaire, de Florence Brest sur la Vie de Saint Hilaire et de Bernard Meunier sur les ermites des déserts syriaque et égyptien.
La cinquième séance (6 décembre 2019) a accueilli David Pritchard, dont l’intervention portait sur les liens entre sport et démocratie dans l’Athènes classique.
La prochaine séance aura lieu en mars avec une intervention d’Anne-Sophie Noel, qui nous parlera d’une (re-)lecture moderne, transgressive (et féministe) de Clytemnestre dans l’Agamemnon d’Eschyle et sera suivie par une table ronde pour commenter le texte dans sa version originale.

Séance de séminaire du 6 décembre 2019

« Sport et guerre dans l’Athènes démocratique »

David Pritchard (The University of Queensland, Collegium de Lyon).

Répondant : Pascal Montlahuc (Université de Paris -Diderot) 

ENS de Lyon, IFE, salle D8.003, de 14h à 16h.

Le texte de la communication qui sera lu en anglais par David Pritchard se trouve ci-dessous:

Résumé :

 Si la démocratie athénienne a ouvert la politique à tous ses citoyens, tel n’était pas le cas des activités sportives. En effet, dans l’Athènes classique, l’athlétisme demeurait le privilège des classes supérieures, et il est par conséquent paradoxal que le sport ait été tenu en si haute estime et soutenu par les classes populaires. En fait, le dēmos (« peuple ») athénien voyait l’athlétisme d’un œil positif, et le pouvoir dont il disposait lui a permis d’instaurer des politiques favorisant l’activité physique. Ainsi, les 50 premières années de la démocratie ont vu naître un programme de festivals sportifs locaux sans précédent, nécessitant des dépenses importantes. De plus, les Athéniens géraient soigneusement leurs infrastructures sportives et protégeaient l’athlétisme de la critique publique généralement dirigée contre les classes supérieures et leurs passe-temps élitistes. Les recherches en sciences sociales suggèrent que les points communs entre le sport et la guerre pourraient expliquer ce paradoxe. En effet, les Athéniens de l’époque classique concevaient les jeux et les batailles de la même manière : il s’agissait d’agōnes (« concours ») impliquant des ponoi (« labeurs ») et des kindunoi (« dangers »). Pour eux, la victoire dans les deux types d’agōn dépendait de l’aretē (« courage ») des concurrents. Au sixième siècle, avant la démocratie athénienne, la guerre était majoritairement une activité réservée à l’élite. C’est au cours du siècle suivant qu’elle a connu une profonde transformation, phénomène à l’impact doublement positif sur le statut de l’athlétisme. La création d’une armée d’hoplites et d’une vaste flotte publiques ont étendu le service militaire à toutes les classes sociales. Sous la démocratie athénienne, c’est la réaction des citoyens n’appartenant pas à l’élite qui déterminait les résultats, non seulement des débats publics, mais également des compétitions d’art dramatique. Par conséquent, les orateurs, comme les dramaturges, étaient soumis à d’importantes contraintes: il leur fallait concilier les nouvelles expériences des hoplites et des marins issus du peuple, et les explications morales traditionnelles de la victoire, dans les domaines du sport et de la guerre. Le premier effet de cette démocratisation a été l’association étroite par les classes populaires de l’activité sportive des classes supérieures à l’activité plus générale et hautement valorisée de la guerre; le second effet a été d’apporter au dēmos une expérience personnelle se rapprochant de l’athlétisme, permettant à la population de s’identifier aux athlètes et à leurs activités; enfin, l’association de ces deux phénomènes a donné naissance au paradoxe du sport d’élite sous la démocratie athénienne.

 

Appel à communications pour la Journée d’étude  du  22 novembre 2019

Rebelles, révoltés, innovateurs : figures antiques de la Transgression

Journée d’étude organisée par le Laboratoire juniorTAntALE

Ouvert aux doctorants, chercheurs et enseignants-chercheurs

Date limite d’envoi des propositions : 27 mai 2019

(English version below) 

« Tu arriveras au bord du fleuve Hybristès dont le nom ne ment pas :
garde-toi de le franchir, car traverser n’est pas sans danger. »

Eschyle,Prométhée enchaîné, 717-718

La mise en garde de Prométhée à Io le montre : en vertu de son sens étymologique, la transgression est un acte, le franchissement ponctuel d’une limite ou, au sens figuré, d’une norme, et ce geste est lourd de conséquences pour celui qui s’aventure à l’accomplir. Toutefois, le nom du fleuve (l’« Emporté ») l’associe à l’hybris : transgresser devient la preuve d’une démesure, le propre de celui qui, faisant fi des dangers et des avertissements, désobéit à ce qui a été édicté, le trait caractéristique d’un individu qui ne se conforme pas à l’ordre établi. Le conseil est donc particulièrement pertinent dans la bouche du héros enchaîné : Prométhée n’est-il pas le transgresseur par excellence, puni pour avoir dérobé le feu aux dieux et menacé l’ordre divin en le transmettant aux hommes ?

Continuer la lecture de Appel à communications pour la Journée d’étude  du  22 novembre 2019

Tantale

Ce carnet de recherche a pour but de renseigner sur les activités du laboratoire junior TAntALE  (Transgression dans l’ANTiquité : Approches des Limites et des Ecarts) qui débuteront en janvier 2019.

Ce laboratoire junior réunit de jeunes chercheurs (master – doctorat) de l’ENS de Lyon, des universités de Lyon (Lumière et Jean Moulin), Paris (Sorbonne, Créteil-Est) et Besançon ; il est financé majoritairement par l’ENS de Lyon et ce pour 2 ans.

Il s’inscrit dans une approche pluridisciplinaire avec une cohérence forte autour d’une logique temporelle et historique : nos travaux vont se centrer sur l’Antiquité – période qui réunit la quasi intégralité des membres : des historiens, des latinistes, des hellénistes, des philosophes et des comparatistes qui travaillent presque tous sur l’antiquité ou sa réception – et sur la notion de transgression.

Cependant, nos approches étant toutes différentes les unes des autres, elles nous permettent d’envisager des facettes très diverses de la transgression, en se centrant soit sur des figures qui l’incarnent dans un contexte littéraire et/ou historique soit sur la dialectique norme/transgression. L’insistance des historiens sur la nécessité de croiser les sources et d’utiliser de manière critique et réflexive des concepts issus des sciences sociales en les ajustant au champ de l’histoire ancienne, la compréhension fine et nuancée des textes par les latinistes, hellénistes et linguistes, ainsi que la pensée réflexive des philosophes peuvent nous permettre d’apporter un regard riche et croisé sur cette notion.