Archives mensuelles : novembre 2019

Séance de séminaire du 6 décembre 2019

“Sport et guerre dans l’Athènes démocratique”

David Pritchard (The University of Queensland, Collegium de Lyon).

Répondant : Pascal Montlahuc (Université de Paris -Diderot) 

ENS de Lyon, IFE, salle D8.003, de 14h à 16h.

Le texte de la communication qui sera lu en anglais par David Pritchard se trouve ci-dessous:

Résumé :

 Si la démocratie athénienne a ouvert la politique à tous ses citoyens, tel n’était pas le cas des activités sportives. En effet, dans l’Athènes classique, l’athlétisme demeurait le privilège des classes supérieures, et il est par conséquent paradoxal que le sport ait été tenu en si haute estime et soutenu par les classes populaires. En fait, le dēmos (« peuple ») athénien voyait l’athlétisme d’un œil positif, et le pouvoir dont il disposait lui a permis d’instaurer des politiques favorisant l’activité physique. Ainsi, les 50 premières années de la démocratie ont vu naître un programme de festivals sportifs locaux sans précédent, nécessitant des dépenses importantes. De plus, les Athéniens géraient soigneusement leurs infrastructures sportives et protégeaient l’athlétisme de la critique publique généralement dirigée contre les classes supérieures et leurs passe-temps élitistes. Les recherches en sciences sociales suggèrent que les points communs entre le sport et la guerre pourraient expliquer ce paradoxe. En effet, les Athéniens de l’époque classique concevaient les jeux et les batailles de la même manière : il s’agissait d’agōnes (« concours ») impliquant des ponoi (« labeurs ») et des kindunoi (« dangers »). Pour eux, la victoire dans les deux types d’agōn dépendait de l’aretē (« courage ») des concurrents. Au sixième siècle, avant la démocratie athénienne, la guerre était majoritairement une activité réservée à l’élite. C’est au cours du siècle suivant qu’elle a connu une profonde transformation, phénomène à l’impact doublement positif sur le statut de l’athlétisme. La création d’une armée d’hoplites et d’une vaste flotte publiques ont étendu le service militaire à toutes les classes sociales. Sous la démocratie athénienne, c’est la réaction des citoyens n’appartenant pas à l’élite qui déterminait les résultats, non seulement des débats publics, mais également des compétitions d’art dramatique. Par conséquent, les orateurs, comme les dramaturges, étaient soumis à d’importantes contraintes: il leur fallait concilier les nouvelles expériences des hoplites et des marins issus du peuple, et les explications morales traditionnelles de la victoire, dans les domaines du sport et de la guerre. Le premier effet de cette démocratisation a été l’association étroite par les classes populaires de l’activité sportive des classes supérieures à l’activité plus générale et hautement valorisée de la guerre; le second effet a été d’apporter au dēmos une expérience personnelle se rapprochant de l’athlétisme, permettant à la population de s’identifier aux athlètes et à leurs activités; enfin, l’association de ces deux phénomènes a donné naissance au paradoxe du sport d’élite sous la démocratie athénienne.