Appel à communications pour la Journée d’étude  du  22 novembre 2019

Rebelles, révoltés, innovateurs : figures antiques de la Transgression

Journée d’étude organisée par le Laboratoire juniorTAntALE

Ouvert aux doctorants, chercheurs et enseignants-chercheurs

Date limite d’envoi des propositions : 27 mai 2019

(English version below) 

« Tu arriveras au bord du fleuve Hybristès dont le nom ne ment pas :
garde-toi de le franchir, car traverser n’est pas sans danger. »

Eschyle,Prométhée enchaîné, 717-718

La mise en garde de Prométhée à Io le montre : en vertu de son sens étymologique, la transgression est un acte, le franchissement ponctuel d’une limite ou, au sens figuré, d’une norme, et ce geste est lourd de conséquences pour celui qui s’aventure à l’accomplir. Toutefois, le nom du fleuve (l’« Emporté ») l’associe à l’hybris : transgresser devient la preuve d’une démesure, le propre de celui qui, faisant fi des dangers et des avertissements, désobéit à ce qui a été édicté, le trait caractéristique d’un individu qui ne se conforme pas à l’ordre établi. Le conseil est donc particulièrement pertinent dans la bouche du héros enchaîné : Prométhée n’est-il pas le transgresseur par excellence, puni pour avoir dérobé le feu aux dieux et menacé l’ordre divin en le transmettant aux hommes ?

Les figures antiques de rebelles, de contestataires, de révoltés abondent, aussi bien dans le champ de l’imaginaire mythologique et littéraire que dans le champ historique et leur présence demeure souvent vivace dans les sociétés contemporaines : « les mythologies, les religions, les tragédies regorgent de figures devenues les archétypes de l’infraction absolue, et leurs fantômes ne cessent de hanter les mémoires occidentales »[1]. Ces figures se caractérisent par l’accomplissement d’un acte ou l’adoption d’une conduite qui questionne l’ordre établi qu’il soit divin, social ou politique : Prométhée, Tantale, Niobé, Icare se rendent coupables d’enfreindre une prescription divine ; Antigone, pour sa part, menace les lois de la cité en en révélant l’absurdité ; Socrate passe pour un individu atopos(bizarre) aux yeux de ses interlocuteurs parce qu’il pratique un écart philosophique, tandis que les philosophes hellénistiques, à l’image de Diogène le Cynique, vont jusqu’à remettre en cause les normes sociales ; l’extraordinaire pouvoir politique de Pompée puis de César se fonde sur la remise en cause par ces imperatoresdes normes du mos maiorum ; Sénèque et Ovide commettent quant à eux des imprudences politico-littéraires. Ces transgressions sont fréquemment punies par l’exil, la mort ou la damnation, aussi les dangers évoqués par Prométhée sont-ils bien réels. La sanction n’est cependant pas synonyme de stérilité : en dépit de ce châtiment, la remise en cause d’un ordre ancien aboutit parfois à la fondation d’un ordre nouveau qui contribue à repousser ou à redéfinir la limite originelle.

La notion de transgression, profondément renouvelée par les travaux pionniers de Michel Foucault qui ont conduit à la repenser dans son rapport aux normes et à l’autorité en général, est au cœur de nombreuses réflexions contemporaines élaborées dans plusieurs branches des Sciences Sociales, en particulier dans le cadre de la sociologie de la déviance. Elle demeure cependant peu exploitée dans les études antiques malgré son importance dans les sociétés anciennes comme en témoignent l’abondance et la multiplicité des figures évoquées ci-dessus. Ainsi, si les recherches consacrées à la transgression ou à des notions voisines (marge, limite, frontière, écart…) se multiplient, une typologie de l’acte transgressif antique demeure à produire.

Après une première journée d’études autour de la définition du concept de transgression et des modalités de son application aux sociétés, aux cultures et aux littératures de l’Antiquité méditerranéenne, le laboratoire TAntALE organise ainsi une seconde journée réunissant des études consacrées à certaines de ces figures qui incarnent la remise en cause de l’ordre établi ainsi qu’aux formes que l’acte transgressif revêt dans les situations de rébellion, de contestation, de refus, de désobéissance, de révolte ou, quand l’acte transgressif conduit à la mise en place d’un ordre nouveau, d’innovation. De la figure de style qui s’écarte de l’usage ordinaire de la langue et donne une expressivité particulière au propos, aux grands personnages – grandes figures –, en passant par la représentation figurée, l’image dont le statut est questionné par une anthropologie des objets artistiques en plein renouvellement, la polysémie du mot « figure » reflète la polyphonie de ces voix transgressives. Cette journée aura donc pour but aussi bien d’étudier la façon dont ces figures sont construites dans un cadre socio-politique donné, que de définir l’acte transgressif à travers l’étude des conditions de sa réalisation dans les sociétés antiques et d’en proposer une typologie en fonction, par exemple, des motivations et des finalités invoquées. Qui transgresse ? Que, pourquoi et comment transgresse-t-on ? Quels sont les risques encourus ? Les châtiments ? On pourra ainsi questionner le rapport de la transgression au bien commun, notamment autour de la notion de sacrifice, ou au contraire son rapport à l’intérêt personnel, en se demandant si la transgression est volontaire ou involontaire, inconsciente, assumée.

Il est attendu des communications qu’elles proposent une réflexion sur une figure ou un type de figure antique de la transgression ou une catégorie d’actes transgressifs et d’en exposer les caractéristiques, en synchronie ou en diachronie, ainsi que les liens qu’elles entretiennent avec la société dans laquelle ces figures et ces actes émergent sous forme de représentations ou de faits historiques. Tous les types de transgression peuvent être abordés : sociales, politiques, philosophiques, religieuses, littéraires, linguistiques etc. Les sources documentaires peuvent être textuelles, épigraphiques, iconographiques ou historiques. Chaque exposé durera 30 minutes et sera suivi d’un temps de discussion.

Les propositions de communications, sous forme d’un résumé de 300 mots (en français ou en anglais) accompagné d’une présentation des sources mobilisées et d’une bibliographie indicative, sont à adresser au laboratoire TAntALE : tantalens@gmail.com,, le 27 mai 2019au plus tard. L’annonce des propositions retenues aura lieu le 24 juin 2019.

 

Rebels, mutineers, innovators:
emblematic figures of the Transgression in ancient times

Organized by the members of the junior laboratoryTAntALE

Call for papers

Open to PhD students and researchers

Deadline: May 27, 2019

 

« You will arrive on the banks of the Hybristesriver whose name does not lie:
hold back from crossing it, for crossing is not safe. »

Aeschylus, Prometheus Bound, 717-718

Prometheus’ warning to Io clearly shows that transgression is an act: according to its etymological meaning, transgredimeans punctually crossing a frontier, a limit, or figuratively, a norm. Now, such a gesture is laden with consequences for those who venture on the other side. However, the name of the river (the “Rough”) associates the very river with the hybris. To transgress, then becomes the evidence of an immoderation, the distinguishing feature of he who pays no heed to dangers or warnings and disobeys what has been decreed, the characteristic of he who does not conform to the established order. The advice is therefore particularly relevant in the mouth of the bound hero, for is not Prometheus the ultimate transgressor who has been punished for stealing the fire from the gods and who has threatened the divine order by handing it over to men?

History, literature and mythology are full of figures of rebels, dissenters and outcasts, whose presence persists in today’s societies :« les mythologies, les religions, les tragédies regorgent de figures devenues les archétypes de l’infraction absolue, et leurs fantômes ne cessent de hanter les mémoires occidentales »[1].These figures are recognizable through their accomplishing an act, or adopting a behaviour which challenges the established order, whether divine, social or political. Prometheus, Tantalus, Niobe and Icarus are guilty of having transgressed a divine dictate; as for Antigone, she becomes a threat to the laws of her city by revealing how absurd they are; his interlocutors see in Socrates an atopos(odd) individual because of the deviation of his philosophy,whereas the Hellenistic philosophers, such as Diogenes the Cynic, go as far as to question the social norms ; the extraordinary political power of the imperatores, Pompey and then Caesar, is based on the questioning of the standards of the mos maiorum ; as for Seneca and Ovid, they commit politico-literary recklessness. Exile, death, or damnation are the frequent punishments of these transgressions, so the dangers mentioned by Prometheus are patently concrete. The sanction, however, is not sterility, for, in spite of the punishment, the questioning of an ancient order can sometimes lead to the foundation of a new one, then contributing to pushing the original limit back or redefining it.

The idea of transgression has been profoundly renewed by the pioneering Michel Foucault’s works that have led to a reconsideration of the notion in its relation to norms or authority in general. It has become the staple of many contemporary reflections elaborated in several fields of the Social Sciences, being considered as part of the sociology of deviance. However, the notion remains little used in classical studies even though the abundance and multiplicity of emblematic figures mentioned above gives evidence of its importance in ancient societies. Thus, while investigations devoted to transgression or related notions (margin, limit, frontier, boundary, gap…) multiply, a typology of the ancient transgressive act is still to be produced.

After a first day devoted to the definition of the concept of transgression and the examination of how it can be applied to societies, cultures and literatures of Mediterranean Antiquity, the junior laboratory TAntALE organizes a second day gathering studies dedicated to some of these characters that embody the act of questioning an established order, as well as to the forms that the transgressive act assumes in situations of rebellion, protest, refusal, disobedience, revolt, or, in the specific cases when the transgression leads to the establishment of a renewed order, situations of innovation. Ranging from the figure of speech which deviates from the normative, ordinary use of language to provide it with a quality of expression, in relation with its context, to the great figures (great men), including the figurative representation (the image) whose status is being questioned, the polysemy of the word “figure” reflects the polyphony of the transgressive voices. This workshop therefore aims to study the ways in which these emblematic figures are elaborated in a given socio-political context, to define the transgressive act through the examination of the conditions of its realization, and to propose a typology based, for instance, on invoked motivations and purposes. Who transgresses? What, why and how one transgresses? What are the risks? The punishments? It is thus possible to question the relation between transgression and the common good, especially in connection with the notion of sacrifice, or, on the contrary, between transgression and self-interest, by examining whether the transgressive act is voluntary or not, conscious or not, assumed or not.

The papers are expected to propose a reflection on an emblematic figure of transgression, a type of ancient transgressive character, or a category of transgressive acts, and to expound its characteristics, in a synchronic or diachronic approach, as well as the links between these characters or acts and the society in which they emerge in the form of representations or historical facts. All types and meanings of transgression (social, political, philosophical, religious, literary, linguistic, etc.) can be addressed. The documentary sources of the analysis can be textual, epigraphic, iconographic or historical. The participants who have been accepted will present papers up to a maximum length of thirty minutes, followed by a discussion.

Proposals for a paper, including title, abstract of 300 words maximum (in French or English), as well as a presentation of the mobilized sources and a brief indicative bibliography, shall be sent to tantalens@gmail.com, before May 27, 2019. Notification of acceptance will be given on June 24, 2019.

[1]HASTINGS Michel, NICOLAS Loïc et PASSARD Cédric, « L’épreuve de la transgression » dans HASTINGS Michel, NICOLAS Loïc et PASSARD Cédric (eds.) Paradoxes de la transgression, Paris, France, CNRS éd., 2012, p. 11.

Organisateurs :

JulietteGaillemain-Meeus– TAntALE, ENS de Lyon, HiSoMA (UMR 5189)

Simon Cahanier– TAntALE, Univ. Jean Moulin Lyon 3, HiSoMA (UMR 5189)

Laboratoire junior TAntALE :

Blog :https://tantale.hypotheses.org/

Facebook : https://www.facebook.com/laboratoirejuniorTantale/

Bibliographie indicative

  • Définitions et applications modernes du concept de transgression

BATAILLE Georges, L’érotisme, Paris, France, les Éd. de Minuit, 2011.

BECKER Howard Saul et CHAPOULIE Jean-Michel, Outsiders : études de sociologie de la déviance,Paris, France, A.-M. Métailié, 1998.

CAILLOIS Roger, L’homme et le sacré, Paris, France, Gallimard, 1963.

CANGUILHEM Georges, Le normal et le pathologique, Paris, France, Presses universitaires de France,2013.

DURKHEIM Émile, Les règles de la méthode sociologique, Paris, France, Presses universitaires deFrance, 1997.

ENRIQUEZ Eugène, « Un monde sans transgression », Nouvelle revue de psychosociologie, n 6, 2,2008-11-04,p. 277-289, 2008.

FOUCAULT Michel, Les anormaux : cours au Collège de France (1974-1975), Paris, France,EHESS : Le Seuil, Gallimard, 1999.

FOUCAULT Michel et MARMANDE Francis, Préface à la transgression: hommage à Georges Bataille,Fécamp, France, Lignes, 2012.

HASTINGS Michel, NICOLAS Loïc et PASSARD Cédric (eds.), Paradoxes de la transgression, Paris,France, CNRS éd., 2012.

  • Transgression dans l’Antiquité

BELMAS Élisabeth, Jeux interdits : la transgression ludique de l’Antiquité à nos jours, Limoges, France, PULIM – Presses Universitaires de Limoges, 2016.

BRULÉ Pierre (ed.), La norme en matière religieuse en Grèce ancienne: actes du XIe colloque du CIERGA (Rennes, septembre 2007), Liège, Belgique, Centre International d’Étude de la ReligionGrecque Antique, 2009.

CHARPENTIER Marie-Claude, « Les frontières du sauvage dans l’Antiquité », Cahiers des études anciennes, LII, 2015, p. 7-18.

CHIRON Pierre et GUÉRIN Charles, L’infraction stylistique et ses usages théoriques: de l’Antiquité à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016.

Deproost, P.-A. (2015) : Extravagances. Écarts et normes dans les textes grecs et latins, Paris.

DOUZOU Laurent, EDOUARD Sylvène et GAL Stéphane (eds.), Guerre et transgressions : expériences transgressives en temps de guerre de l’Antiquité au génocide rwandais, Fontaine (Isère), France,Presses universitaires de Grenoble, 2017.

GOLDHILL Simon, « Genre and transgression » dans GOLDHILL Simon (ed.)Reading Greek tragedy,Cambridge, Royaume-Uni, Cambridge University Press., 1986, p. 244-264.

GONZALES Antonio (ed.), Penser les savoirs sociaux dans l’Antiquité: pratiques, acteurs, normes,Besançon, France, Presses universitaires de Franche-Comté, 2016.

HOFFMANN Geneviève et GAILLIOT Antoine (eds.), Rituels et transgressions de l’Antiquité à nos jours: actes du colloque, Amiens, 23-25 janvier 2008, Amiens, France, Encrage, 2009.

ITGENSHORST Tanja et LE DOZE Philippe (eds.), La norme sous la République et le Haut-Empire romain : élaboration, diffusion et contournements, Bordeaux, France, 2017.

MOREAU Alain, « Pour une apologie de la transgression ? Esquisse d’une typologie », Kernos. Revue internationale et pluridisciplinaire de religion grecque antique, 10, 1997.

SCHEID John, La norme religieuse dans l’Antiquité, Paris, France, De Boccard, 2011.

VERNANT Jean-Pierre et VIDAL-NAQUET Pierre, La Grèce ancienne. 3. Rites de passage et transgressions, Paris, Éd. du Seuil, 1992.

[1]HASTINGS Michel, NICOLAS Loïc et PASSARD Cédric, « L’épreuve de la transgression » dans HASTINGS Michel, NICOLAS Loïc et PASSARD Cédric (eds.) Paradoxes de la transgression, Paris, France, CNRS éd., 2012, p. 11.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.